SEXO LESBO: Amitié, rancœur, jalousie… Quelles relations avec une ex?

1362757648_14_sexo-lesbo-ex-re.jpg

De l’indifférence totale au crêpage de chignons, en passant par une amitié naissante, des femmes témoignent pour TÊTUE sur les relations qu’elles entretiennent avec leurs ex.

«Mon ex? Je l’adore. Nous sommes devenues les meilleures amies du monde, des confidentes… Et ça depuis que nous ne sommes plus ensemble. Quand son moral est en baisse, elle m’appelle. L’envie de faire la fête me prend, je lui passe un coup de fil. On partage une grande amitié!»

Pour en arriver là, il aura fallu à Virginie et à son ex-copine attendre plusieurs mois après la séparation. «Ce qui a été le plus difficile pour moi, poursuit cette Parisienne de 43 ans, a été d’accepter sa décision: c’est elle qui a souhaité stopper notre relation après avoir rencontré une autre fille. Et puis commencer un travail de renoncement. De son côté, mon ex a eu du mal à comprendre que je ne lui en aie jamais voulu, tout simplement parce que je sais qu’elle ne m’appartient pas.»

«Prendre ses distances pour se protéger»
Alors, bien sûr, il y a eu «une tentative de sa part, de refaire l’amour, de repartir dans une histoire. Je lui ai expliqué que notre équilibre à nous était basé sur l’amitié. Une amitié amoureuse peut-être.» Aujourd’hui, Virginie peut revoir son ex «sans ressentir ce petit pincement au cœur en voyant l’autre accompagnée ou amoureuse.»

Cette proximité, séduisante à première vue, est pourtant difficilement envisageable pour d’autres. Zelda, 29 ans, «parvient difficilement à garder un contact régulier avec [ses] ex». La jeune femme a réussi à garder contact avec quelques ex quand la rupture n’a pas été explosive ou douloureuse, mais leurs rencontres restent très espacées. «Je pense que la rupture implique une prise de distance systématique, avance-t-elle, certainement due à un besoin plus ou moins conscient de se protéger, surtout dans le cas où c’est l’autre qui a rompu. J’ai pourtant toujours autant d’affection envers ces personnes, que « j’aime » toujours un peu à ma façon.» La nostalgie aidant, une certaine mélancolie s’en suit… «J’essaye probablement de prévenir ce sentiment-là en voyant ces personnes assez peu souvent.»

Risques de «rechutes»
Quid du risque de «rechutes»? «Il m’arrive parfois de me dire que certaines d’entre elles n’auraient qu’à claquer des doigts pour que je retombe dans leurs bras, réalise Zelda. La « rechute » est donc possible dans mon cas, si l’autre fait le premier pas, car l’attirance est toujours là. Mais je ne veux pas nier que toute relation peut évoluer, et qu’elle peut être tout aussi riche dans sa forme nouvelle. Comme une belle amitié par exemple. Et puis tout a forcément une fin. Etre scotchée à ses ex, ce serait comme essayer de se convaincre du contraire.»

Une vision des choses que partage Juliette. «Il m’a longtemps été difficile de couper le cordon avec mes anciens amours, confie cette jeune femme de 28 ans. Bien sûr, certaines sont devenues des amies et nous nous donnons des nouvelles à l’occasion. Mais pas question de replonger et de se mentir comme ce fut longtemps le cas pour moi. De vouloir à nouveau les posséder par orgueil. Je n’en tirerai de toute façon plus aucun plaisir. Peut-être que c’est ça, « devenir adulte »?»


Et vous, quelle relation avez-vous avec vos ex? Témoignez dans les commentaires ci-dessous!

 

 

Photo: fotolia.

commentaires

Pour continuer la lecture...