Adoption: Après des années de calvaire, Peter et Laurent voient le bout du tunnel

peter-laurent-rect.jpg

En décembre dernier, un reportage de la RTBF mettait en lumière l’histoire de ce couple gay, et leur combat pour obtenir la garde de leur fils Samuel, conçu par mère porteuse en Ukraine. Un drame qui pourrait bientôt connaître un épilogue heureux.


Peter (à gauche) et Laurent (capture extraite de la vidéo en bas de page)

La semaine dernière, le tribunal de première instance de Bruxelles a jugé établi le lien de paternité entre Samuel, aujourd’hui âgé de deux ans, et Laurent, son père biologique. Laurent, 27 ans, et Peter, 37 ans. Le ministre des affaires étrangères Steven Vanackere, seul capable de délivrer un passeport à leur enfant, n’a finalement pas fait appel de la décision du tribunal et  a annoncé qu’il se plierait à la décision de justice. Les deux papas, installés dans une petite ville du sud de la France depuis plusieurs années, espèrent maintenant voir le bout du tunnel.

Difficultés et maladresses
L’affaire, complexe, embarrasse la Belgique, où il n’existe pas de règlement légal concernant les mères porteuses. Samuel a été conçu en Ukraine, il y est né, sa mère est ukrainienne, et à sa naissance en novembre 2008, le ministère des affaires étrangères a refusé de lui octroyer la nationalité belge. Les autorités ukrainiennes n’ont donc pas autorisé Peter et Laurent à emmener leur enfant en Belgique.

L’histoire de Laurent et Peter avait pourtant commencé comme un conte de fée. Mariés et désireux de fonder une famille, ils avaient reculé devant la lourdeur des procédures d’adoption et s’étaient tournés vers un organisme spécialisé dans les mères porteuses. Ils débourseront 80 000 euros pour voir naître Samuel avec lequel ils ne passeront que deux semaines. Le couple accumulera ensuite les difficultés et les maladresses, tentant même de faire sortir l’enfant du pays sans passeport, un kidnapping qui viendra compliquer encore davantage leur dossier. Un temps accueilli dans une famille d’accueil, le garçonnet séjourne actuellement dans un orphelinat ukrainien. Les images bouleversantes de cet enfant triste retrouvé par la RTBF avaient ému la Belgique et les lecteurs de TÊTU.com (lire notre article).

Humanité
De son côté, le gouvernement belge, craignant un précédent, appliquait strictement la loi, une attitude logique, mais froide et en contradiction avec le bien de l’enfant. Le ministre des affaires étrangères fait finalement preuve d’humanité dans ce dossier en délivrant le passeport, mais il met en garde et déconseille vivement aux belges de recourir à des mères porteuses à l’étranger. Pour le ministre Steven Vanackere, il est d’ailleurs urgent qu’un règlement légal concernant les mères porteuses permettent d’interdire explicitement toute forme d’exploitation commerciale. Un débat auquel le pouvoir politique n’échappera pas afin d’éviter que d’autres couples ne vivent un tel drame par naïveté, inconscience ou excès d’enthousiasme.

Peter et Laurent pourraient donc bientôt voir la fin de leur calvaire. Ils y croiront quand ils tiendront Samuel dans leur bras. En effet, il est toujours possible que le ministère public décide, seul, d’interjeter appel contre la décision du tribunal de première instance de Bruxelles…

Regardez ce reportage réalisé le mois dernier qui revient sur les déboires de Peter et Laurent (en néerlandais sous-titré en anglais):

commentaires

Pour continuer la lecture...