Etats-Unis: A 81 ans, elle se bat pour faire reconnaître son mariage homo

eddie-rect.jpg

Edith Windsor estime ne pas avoir à payer de droits de succession sur les biens de son épouse décédée. Elle attaque les Etats-Unis en justice pour faire reconnaitre son couple.

Elle en a livré des combats, mais celui-là pourrait bien être le plus important de sa vie. A 81 ans, Edith «Edie» Windsor vient de déposer une plainte devant un tribunal fédéral contre le Defense of Marriage Act (DOMA), la loi qui définit le mariage comme une union entre personnes de sexes opposés. Motif: l’Etat fédéral américain lui a demandé de payer 350.000 dollars de droits de succession sur les biens de son épouse décédée Thea Spyer. Un couple hétérosexuel en aurait été dispensé.

Thea et Edith se sont rencontrées il y a quarante ans dans un restaurant de Manhattan. Fiancées en 1967, elles ont vécu ensemble pendant des décennies dans un appartement du «Village» à New York, où «Edie» réside toujours. Lorsque les docteurs ont dit à Thea qu’elle était atteinte de sclérose en plaque, Edith l’a accompagnée jusqu’à sa mort en 2009. Un documentaire Edie et Thea: a very long engagement («de très longues fiançailles», en français) raconte leur histoire d’amour et leur mariage à Toronto en 2007.

Le principe d’égalité non respecté
Début novembre, se voyant refuser le remboursement des 350.000 dollars acquittés alors que l’Etat de New York reconnait le mariage homo (sans l’autoriser), Edith Windsor décide de porter plainte contre le Defense of Marriage Act, qui ne respecterait pas le principe d’«égale protection de la loi» prévu par la Constitution américaine.

«Il y a sans doute des milliers d’homosexuels dans la même situation qu’Edith Windsor, souligne James Esseks, directeur du «projet LGBT» de la ACLU citant des plaintes similaires déposées dans le Connecticut et le Massachusetts. On leur nie le droit de visiter un conjoint malade, on leur refuse des avantages assurantiels au nom de DOMA…: la liste des méfaits de la loi est longue.» 

Regardez la bande-annonce du documentaire:

Et ce clip réalisé par American Civil Liberties Union, qui revient sur l’amour de Edie et son combat actuel:

commentaires

Pour continuer la lecture...