Discrimination à la mairie de Lille? Une enquête est ouverte

lille_rect.jpg

Un employé municipal gay en couple s’est plaint de ne pas disposer des mêmes avantages que ses collègues hétérosexuels. On ne lui avait pas accordé de congés après la mort du père de son conjoint.

Pas d’homophobie à la mairie de Lille. C’est le message qu’entend faire passer le cabinet du maire, Martine Aubry, en ouvrant rapidement une enquête après l’affaire embarassante révélée la semaine dernière par La Voix du Nord.

Dans les colonnes du journal, Stéphane Leleu, employé municipal, raconte ses mésaventures avec les ressources humaines de la mairie. Lorsque le père du garçon avec lequel il vit depuis neuf ans décède, Stéphane sollicite deux des cinq jours de congès normalement attribués à la mort d’un beau parent. Refus catégorique des RH, qui lui font remarquer qu’il n’est pas pacsé.

Deux poids deux mesures
Effectivement, sans certificat de mariage ou de pacs, la mairie n’est pas tenue d’accorder ces avantages. Stéphane le sait, mais il estime qu’il demeure une différence de traitement entre les couples hétéros et homosexuels. Selon lui, une collègue aurait ainsi obtenu un congé pour le décès d’un parent de son compagnon, grâce à une simple attestation sur l’honneur. Deux poids et deux mesures qui laissent le garçon amer. «J’ai vu Martine Aubry en tête d’un cortège, défendre les droits des gays, alors qu’elle n’est pas capable de les faire respecter dans sa mairie» confie-t-il.

Piqué au vif, le cabinet de Martine Aubry a donc rapidement diligenté une enquête, et rappelle, en attendant ses conclusions, «qu’il est clair que le maire refuse que des pratiques discriminatoires puissent se passer au sein de la mairie.»

Quant à Stéphane, il adopte une démarche constructive. «Je sais que la mairie n’est pas homophobe. Mais je veux que mon cas profite à d’autres» affirme t-il. Il s’agit juste ici de «faire valoir ses droits comme tout couple hétérosexuel».

Photo: Fotolia.

commentaires

Pour continuer la lecture...