Prévention: 10 millions de capotes à 0,20 centimes d'euros

La campagne de relance de l’usage du préservatif intervient le jour où l’Institut de veille sanitaire publie les derniers chiffres du sida.

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a lancé ce matin l’opération: des préservatifs à 0,20 centimes d’euros. Dès le 1er décembre, 15.000 marchands de journaux et 6.000 buralistes proposeront un lot de 5 capotes pour 1 euro. Ils seront également disponibles à l’unité dans les pharmacies, une revendication de longue date de l’association Croix verte et ruban rouge. Xavier Bertrand, entouré de Christian Saout de Aides, de l’animateur Sébastien Cauet et de Gérard Ponson, directeur de publication Hachette Filipacchi Médias, a rappelé que la France était à la traîne par rapport aux autres pays européens en terme de consommation de préservatifs: moins de 90 millions sont achetés en France contre 120 millions en Italie, pays à la population comparable. Cette campagne de relance de l’usage du préservatif intervient le jour où l’Institut de veille sanitaire (InVS) publie les derniers chiffres du sida. Et ils ne sont pas bons, principalement chez les homosexuels, seul groupe où les découvertes de séropositivités continuent d’augmenter. Globalement, on estime que 6.700 personnes ont découvert leur séropositivité en 2005 (contre 7.000 en 2004) et que, parmi les hétérosexuels et les migrants (51% des cas), les nouvelles notifications sont stables, voire en diminution chez les femmes africaines. Mais les gays représentent 27% de tous les nouveaux diagnostics (43% chez les hommes) contre 21% en 2003 et 23% en 2004. Cette augmentation significative s’accompagne aussi d’une donnée préoccupante: près de la moitié des homosexuels testés séropositifs en 2005 le sont devenus dans les six mois précédant le test. Des signes qui devraient inciter pouvoirs publics et associations à renforcer les actions de prévention auprès des gays. Et à en trouver de nouvelles.

commentaires

Pour continuer la lecture...