Homophobie à France Télécom : la direction pressée d'agir

Y.-A. J., salarié à France Télécom et victime d’un harcèlement homophobe de la part d’un de ses collègues (lire Têtu n° 88), a reçu le soutien de la CGT.  » Les injures [d’un de ses collègues] ont duré plus de six mois sans que les supérieurs hiérarchiques, pourtant informés, n’interviennent, considérant qu’il s’agissait plus d’un problème relationnel que de harcèlement  » écrit le syndicat dans un tract distribué vendredi 30 avril. La CGT  » exige que la direction prenne toutes les mesures utiles pour que le collègue puisse travailler dans des conditions normales et que les fautifs soient sanctionnés.  » La direction de France Télécom, interrogée par l’AFP, a déclaré qu' » il s’agit d’une altercation entre deux salariés. Le dossier est en cours d’instruction par les services de ressources humaines de l’entité. Des mesures pour préserver le plaignant et pour sanctionner l’inculpé ont déjà été prises « . Ce à quoi Y.-A. J. nous répond :  » Contrairement à ce que dit la direction, il ne s’agit pas d’un conflit entre deux salariés, mais d’homophobie. La direction n’a pour l’instant pris aucune mesure et je suis toujours en attente d’une affectation qu’on me promet depuis plusieurs jours.  » Surtout, il s’étonne que la direction déclare que toutes  » les mesures nécessaires sont toujours prises  » en cas de manquement aux règles d’éthique de l’entreprise alors qu’il dénonce depuis plusieurs mois sa situation sans que ses supérieurs ne soient intervenus.

commentaires

Pour continuer la lecture...